Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fédération d'Indre et Loire de la Libre Pensée

Une offensive globale contre les libertés, la démocratie. Laïcité-République

30 Mars 2019, 18:14pm

Publié par Fédération de la Libre Pensée d'Indre et Loire

CONFERENCE PUBLIQUE

Le 27 avril  à 14h30

Salle 120  – 1er étage

Halles de Tours, place Gaston Pailhou (parking souterrain)

La Libre Pensée invite toutes les associations se réclamant de la laïcité, les syndicats enseignants et les unions départementales des syndicats confédérés à venir présenter leur point de vue.

  • Libertés publiques, droit d’expression, de manifestation.
  • Loi du 9 décembre 1905, loi de séparation des Eglises et de l’ETat.

Tout est menacé !

  • Dislocation/ privatisation de l’Education Nationale.
  • Menaces contre l’Ecole rurale.
  • Avec la loi Blanquer, remise en cause du droit d’opinion des enseignants qui n’auraient plus le droit de critiquer l’Education Nationale et la politique du gouvernement.
  • Caporalisation de la jeunesse. Drapeau tricolore dans les classes, service universel obligatoire.

Il faut agir, réagir. Venez en discuter.

Le gouvernement, sous la férule du président jésuite Macron, de Philippe et de Blanquer, s’attaque à tous les acquis de la république.

Loi de 1905 : la première attaque consiste à vider la loi de séparation de son contenu. Deux tiers des articles de cette loi seraient ainsi supprimés. Le gouvernement, en cultivant le secret, a rencontré les représentants des cultes pour définir les critères de reconnaissance des cultes. Et en validant les cultes, on les reconnaît. Conséquence : L’article II de la loi de 1905 qui stipule : « La République ne reconnaît, ne subventionne, ni ne salarie aucun culte » est vidé de son contenu. C’est toute la loi qui est visée. Si les cultes sont reconnus, ils sont financés par l’Etat. C’est contraire à la loi de séparation. L’Etat n’a pas à déterminer quels cultes sont bons ou moins bons. Il ne peut y avoir de religion, d’Etat ou officielle, en France, comme dans les pays concordataires (Allemagne, Autriche, etc.). L’Etat doit rester neutre. C’est la seule manière de garantir effectivement la liberté de conscience.

La Libre Pensée a alerté dès le mois de juillet. Elle a mobilisé pendant 5 mois et a été à l’initiative des rassemblements devant les préfectures les 8 et 9 décembre 2018, souvent avec d’autres associations. Ce fut le cas à Tours avec un appel de la Libre Pensée 37, de l’U.D.Force Ouvrière, de l’U.D.D.E.N.37 (délégués départementaux Education Nationale) à un rassemblement le 8 décembre 2018 devant la préfecture.

La Libre Pensée agit pour que l’unité de tout le mouvement laïque se réalise sur un mot d’ordre simple et clair : Ne touchez pas à la loi de 1905 ! Elle se prononce pour une manifestation nationale dès que Macron fera ses premières annonces.

Oui à la défense de l’Ecole publique rurale ! Non à la privatisation de l’enseignement !

Les suppressions de postes (40.000 dans l’Education Nationale) conduisent à des fermetures de classes, en particulier dans les communes rurales. C’est le cas dans la commune de Céré-la-Ronde. Une classe a été supprimée. Face à cela, l’institution privée Montessori, avec l’appui financier de la Mairie, ouvre une classe privée dans les locaux de l’ancienne école publique. Cette école est payante. De 190 euros par mois par élève et jusqu’à 350 euros. La Mairie fournit les locaux, paie le chauffage, le nettoyage et, dans un premier temps, le Maire et ses adjoints versent 1200 euros par mois d’indemnités.

L’argent des impôts doit servir à l’Ecole publique laïque, gratuite et notamment rurale ! De l’argent, il y en a ! Cette année encore, 12 milliards de fonds publics financeront l’Ecole privée confessionnelle à 97% catholique. Cet argent doit aller à l’école de tous : l’Ecole laïque, l’Ecole de la République. 12 milliards = 180.000 postes d’instituteurs toutes charges comprises. La Libre Pensée a, par voie de tracts et de communiqués à la presse, dénoncé cette situation. La classe fermée doit rouvrir à Céré-la-Ronde.

Oui à l’Ecole publique, non à la privatisation ! Non à la loi Blanquer dite "pour une école de la confiance" !

Avec cette loi, L’Education Nationale pourra-elle rester une et indivisible ? Cette loi adoptée en première lecture à l’Assemblée Nationale autorise le gouvernement à légiférer par ordonnance dans un délai d’un an après adoption de la loi pour régionaliser les structures administratives de l’Education Nationale. Autonomie des établissements, projets éducatifs locaux dans le secondaire, rythmes scolaires différents d’un endroit à l’autre dans le primaire… Avec cette loi, le ministre passe la vitesse supérieure pour remettre en cause le cadre républicain et égalitaire de l’enseignement. Cette loi impose aux communes de participer aux financements des écoles privées pour les enfants de 3 à 6 ans. De fait, elle étend l’application de la loi Debré de 1959 aux écoles maternelles. Il faut savoir que d’ores et déjà 98,9% des enfants sont scolarisés dès 3 ans. Le grand bénéficiaire, c’est l’enseignement catholique, car les communes n’étaient pas obligées par la loi de financer l’école maternelle catholique.

La loi Blanquer remet en cause la liberté d’opinion des fonctionnaires de l’Education Nationale. L’article I en appelle à "l’exemplarité" et à "l’engagement" des personnels pour qu’ils « contribuent à l’établissement du lien de conscience  qui doit unir les élèves et leurs familles au service de l’Education. » Les enseignants n’auraient plus le droit de critiquer l’institution et les contre-réformes.

C’est une restriction de la liberté d’expression, de la liberté d’opinion pourtant garantie par l’article VI du statut général de la Fonction publique.

Pour la défense de la loi de 1905 !

Pour la défense de l’Ecole publique rurale !

Pour la défense de la liberté d’opinion et d’expression !

Rejoignez la Libre pensée !

Pour toute correspondance : L.P.37 chez Alain JOUANNET 12 rue André Gide 37300 Joué-lès-Tours

Imp.spéciale