Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fédération d'Indre et Loire de la Libre Pensée

Revue de presse juin juillet 2021

24 Juillet 2021, 11:59am

Publié par Fédération de la Libre Pensée d'Indre et Loire

Un collectif de six organisations, qui constituent l’Observatoire rennais des libertés publiques, demande des « réponses claires » au préfet d’Ille-et-Vilaine et au ministre de l’Intérieur, après l’intervention musclée des forces de l’ordre, samedi 19 juin, pour mettre fin à la rave party installée à l’hippodrome de Redon.(…)

Revue de presse juin juillet 2021
Les Libres Penseurs font leur rentrée

Les Libres Penseurs font leur rentrée

La Nouvelle République Publié le | Mis à jour le

La crise sanitaire n’a pas permis aux membres de la Libre Pensée de se réunir et de débattre autour de sujets qui leur tiennent à cœur, mais les activités de l’association poinçonnoise présidée par Jean-Claude Audion n’ont pas cessé pour autant. « Malgré le contexte sanitaire, notre fédération a été de tous les combats et nous avons participé activement à de nombreuses manifestations contre les lois liberticides, l’autoritarisme et les brutalités policières gouvernementales, tout comme nous soutenons les intermittents du spectacle dans leur combat » s’empresse de préciser le président Jean-Claude Audion. Il rappelle que l’association poursuit son combat pour l’abrogation de la loi Debré sur les rapports entre l’État et les établissements d’enseignement privés. Parmi les prochaines manifestations au programme de la Libre Pensée figure la réhabilitation de tous ceux qui ont été fusillés pour l’exemple en 1914, qui ont été reconnus innocents par la suite. Le 11 novembre, à Villedieu, les membres de la Libre Pensée iront déposer une gerbe sur la tombe d’Abel Garçault, le premier fusillé pour l’exemple dans l’Indre.
Les libres penseurs organiseront ensuite leur traditionnel banquet en reconnaissance de l’avènement de la République. « C’est une tradition qui vient du siècle des Lumières où l’on mangeait volontairement gras un vendredi saint. Ce banquet aura lieu le vendredi 21 janvier, et la population du Poinçonnet sera cordialement invitée », conclut le président Audoin, visiblement très heureux de reprendre les activités de l’association.


Revue de presse juin juillet 2021
Noirmoutier-en-l’Île. Un hommage a été rendu aux communards

Noirmoutier-en-l’Île. Un hommage a été rendu aux communards

 

Ouest-France

 

Peu le savent, mais les Vendéens furent des Communards au printemps 1871. Nombre d’entre eux (au moins 900) furent internés dans les geôles de Noirmoutier et de L’Île-d’Yeu (ainsi qu’à Oléron) après l’écrasement de cette insurrection populaire, du 21 au 28 mai 1871, baptisée la Semaine sanglante.

Samedi, pour célébrer le 150e anniversaire de la Commune de Paris et rendre hommage aux communards, la Fédération départementale de la Libre pensée s’est rassemblée devant l’entrée du château de Noirmoutier (qui servit de prison) devant la stèle, lieu de mémoire dédié à ces sacrifiés de la répression du gouvernement Thiers (30 000 fusillés, 60 000 déportés et internés).

La Fédération vendéenne s’inscrit dans une démarche commune avec le mouvement de la Paix Vendée, les Amis de la Commune de Paris, la section Noirmoutier Nord-Ouest vendéen de la Ligue des droits de l’homme, diverses organisations se réclamant de la Commune de Paris… Entre les divers discours des organisateurs, Pascal Arbeille et Adèle Frantz ont alterné chants révolutionnaires et lectures de textes.

Pour Annie Brunel, présidente de la Ligue des droits de l’homme, « il faut sortir de nos associations et s’ouvrir à un public plus grand ! »

…)

Le Mouvement

Ce lundi 14 juin, le conseil municipal de Montpellier vient de voter pour la 15ème année consécutive une subvention aux fêtes chrétiennes dites « Saint Roch ».(…)

Ce lundi 14 juin, le conseil municipal de Montpellier vient de voter pour la 15ème année consécutive une subvention aux fêtes chrétiennes dites « Saint Roch ».

Cependant, fait notable, cette fois ci, il y eu deux abstentions et une intervention en faveur de la laïcité de la part d’Alenka Doulain. Le temps de l’unanimisme sans le moindre esprit critique est donc révolu, c’est déjà une bonne chose.

Pour le reste, nous rappelons au Maire de Montpellier ce que dit l’article 2 de la loi de 1905 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».
Aucun culte : ni musulman, ni juif, ni bouddhique… et pour les religions chrétiennes ? Même tarif : aucun, c’est aucun.

Comment est-il possible que dans certaines villes de France, des élus tentent d’instrumentaliser la religion pour flatter certains électorats ? C’est simple : ces élus ignorent la loi de 1905, et se contorsionnent pour tenter de passer au travers des mailles du filet.

Seul problème : en France, une association, la Libre Pensée, s’est toujours battue, parfois avec d’autres, parfois seule, pour faire respecter la loi de 1905. Et elle a gagné à de nombreuses reprises.

Ainsi, par un arrêt du Conseil d’Etat du 15 février 2013, il a été jugé que la subvention aux ostensions de Limoges était illégale. Quels étaient donc les arguments des confréries dans ce cas ? Exactement les arguments du Maire : il s’agit de culture ! Autre argument : cela attire le tourisme ! Exactement les mêmes arguments que ceux de l’ancien maire Philippe Saurel ! Pourtant le Conseil d’Etat a donné raison aux libres penseurs.

Aux mêmes maux les mêmes remèdes : monsieur le Maire, nous irons au tribunal administratif. La loi de 1905 elle ne se défend pas dans les mots, mais dans les actes.

Les fêtes de Saint Roch : « culturelles » nous dit le Maire. Vraiment ? Regardons-y de plus près…

Les fêtes de Saint Roch sont des fêtes qui ne sont que « culturelles », rien à voir avec la religion. Nous invitons les citoyens de Montpellier à cliquer sur ce lien : https://www.montpellier3m.fr/sites/default/files/programme-fetes-st-roch-montpellier.pdf

On peut donc lire qu’aux programmes des fêtes en 2018, on peut « avec saint Roch, rencontrer le christ » (deux pour le prix d’un !). Mais le programme fut chargé :

Mercredi – 20h30 : cérémonie mariale ; 21h : procession mariale

Jeudi – 8h30 messe 1 ; 10h30 messe 2 ; mais à 15h00, pas de messe, c’est culturel, avec une conférence. Par contre le thème est « Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus-Christ ». 17h00 : cérémonie vespérale.

Bref, que de la culture : entre le cinéma de Bunuel, et une exposition du Caravage, on case les messes et la rencontre du Christ.

Attendez ! Ça c’était avant, quand Saurel était allié avec la droite. Maintenant, c’est la gauche. Mais qu’a donc fait le maire fraichement élu en Aout 2020 ? Il est allé… à l’église pour assister aux fêtes de Saint Roch réduites à leur plus simple expression : une messe. Une messe culturelle sans doute….

Par contre, nous notons qu’une fois n’est pas coutume, les explications du Maire en séance municipale n’étaient pas assorties du port du sourire benoit habituel.

Tout le monde à égalité ? Oui ! Mais certains plus que d’autres…

Dans sa salve justificatrice, le Maire de Montpellier a tenté d’expliquer que tout le monde était à la même enseigne. Soit. Ce sont des mots.

Mais subventionner des fêtes chrétiennes tout en dénonçant les musulmans qui ne respectent pas l’égalité homme/femme, n’est-ce pas une égalité asymétrique ?

Où est donc l’égalité quand on se prosterne à l’église Saint Roch le 16 aout tout sourire, devant un prêtre masculin, dans une institution dirigée par des hommes ?

Faut-il rappeler la longue lutte des femmes pour se débarrasser, encore aujourd’hui, des institutions où l’église contrôlait les âmes et les corps ?

Comment brandir l’égalité homme femme en permanence, pour la ranger discrètement en passant la porte des églises pour assister aux messes ?
La seule explication, c’est de considérer que l’Eglise catholique est chez elle, en pays conquis, et que les autres, en particulier les musulmans, ne sont que « tolérés » et regardés comme des suspects. Sauf quand ils viennent du Qatar bien entendu, là c’est une autre affaire.

Pour toutes ces raisons, nous serons toujours là pour faire respecter la loi de 1905. Cela prendra du temps, mais nous gagnerons.

Manifestement, l’histoire et le droit de la laïcité ne sont pas le point fort du Maire actuel (comme du précédent), et apprendre des erreurs du passé ne l’est pas non plus. Dommage pour vous !

Monsieur le Maire, rendez-vous donc au tribunal administratif !

Libre Pensée
Groupe des universités et citoyens de Montpellier