Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fédération d'Indre et Loire de la Libre Pensée

Message de la Libre Pensée Au Congrès de la Fédération Française de Crémation (Paris : 23 et 24 septembre 2021)

3 Septembre 2021, 10:22am

Publié par Fédération de la Libre Pensée d'Indre et Loire

Nos amis de la Fédération Française de Crémation ont invité la Fédération nationale de la Libre Pensée à envoyer un message pour leur Congrès et Assemblée générale de 2021 à Paris.

 

Madame, monsieur, chers amis, chers camarades, Je vous apporte le salut fraternel de la Commission Administrative Nationale de la Fédération nationale de la Libre Pensée. Nos organisations respectives militent pour l’émancipation des femmes et des hommes, à toutes les étapes de la vie, pour l’exercice de la plus totale liberté notamment la liberté de conscience, celle de croire ou de ne pas croire. Votre association s’est constituée en 1930, pour faire valoir notre droit ultime, celui de décider de notre mode d’obsèques et de sépulture, pour le respect des convictions du défunt, sur le plan philosophiques ou religieuses. Nous savons que le libre exercice de ce droit est une conquête de la sécularisation de notre société, dont le point d’orgue est toujours la loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l’EtatDe tout temps, les Eglises et notamment l’Eglise catholique, ont cherché à régenter nos vies. Ainsi de leur naissance à leur mort, femmes et hommes devaient se plier aux exigences du dogme religieux dans un contexte de pression sociale très fort. Pour ce qui touche au début de la vie, l’Eglise est toujours farouchement opposée au droit des femmes et des hommes à avoir ou ne pas avoir des enfants au nom du dogme selon lequel, c’est dieu qui est le seul maitre de nos vies de notre naissance à notre mort. A ce titre, l’Eglise conteste le droit à l’avortement et, dans de nombreux pays sous son influence, on voit se durcir les réglementations (Pologne, Irlande...). Elle a tout fait pour freiner l’usage du préservatif ce qui n’a pas été sans conséquence sur la propagation dévastatrice du virus du SIDA en Afrique. En dépit des évolutions sociétales, l’Eglise s’est bruyamment mobilisée contre le mariage de personnes du même sexe voulant là aussi, imposer sa propre conception avec le dérisoire slogan « la famille, c’est un papa et une maman ! » à l’heure où explose le nombre de familles monoparentales. En toute logique, l’Eglise est aussi contre la GPA (gestation pour autrui), la PMA (procréation médicalement assistée) et elle n’est pas étrangère aux fortes contraintes qui pèsent sur les équipes de chercheurs en matière de recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, contraintes qui retardent les travaux et l’émergence de découvertes qui pourraient probablement permettre de prévenir certains cancers et d’en améliorer le traitement.

L’Eglise catholique et les religions viennent de subir une défaite majeure par l’adoption de la nouvelle loi bioéthique, notamment sur la PMA. Cette victoire en appelle d’autres. En ce qui concerne la fin de vie, l’Eglise s’oppose à ce que soit votée une loi qui reconnaitrait le droit de tous à mourir dans la dignité. La Libre Pensée milite pour l’effectivité de ce droit, pour que chacun puisse décider librement de sa fin de vie, sans être contraint par les conceptions religieuses sur les origines de celle-ci, au nom desquelles on veut imposer à tous la déchéance, la souffrance physique et psychologique. (Dieu n’est t-il pas le propriétaire de nos vie et la souffrance n’est-elle pas une épreuve qu’il nous impose pour expier nos fautes et gagner notre paradis ?) On le voit, toutes les libertés nous sont âprement disputées En ce qui concerne la crémation il n’est pas inutile de rappeler que c’est la loi du 15 novembre 1887 qui a instauré la liberté de choix du mode d’obsèques et du mode de sépulture. L’Eglise catholique, s’est très longtemps opposée à la crémation considérant que cette pratique n’était pas compatible avec le dogme de la résurrection des corps. Mais, il a bien fallu s’adapter à l’évolution du monde, au risque de perdre encore de son influence. Depuis les années 1960, l’Eglise tolère la crémation, mais la déconseille, après avoir conçu un aménagement du dogme au terme duquel, il est maintenant établi que l’âme résiste au feu et que dieu a toujours la faculté de rétablir les corps dans leur intégrité physique pour ceux qui seront admis au paradis. Mais, il est toujours des traditionalistes pour s’opposer à la crémation, ce qui est aussi le cas en ce qui concerne le culte musulman et le judaïsme. Si le Planning Familial peut, avec succès jusqu’à ce jour, lutter pieds à pieds contre les obscurantistes qui veulent toujours criminaliser l’avortement, si l’ADMD (Droit de mourir dans la dignité) pense qu’il est possible que très prochainement une loi vienne concrétiser cette évidence, celle du droit de quitter ce monde sans inutiles souffrances, si les crématistes que vous êtes peuvent faire valoir ce droit élémentaire qu’est celui de disposer de son corps au terme de sa vie, c’est bien parce que nous vivons dans un pays où la loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l’Etat nous permet d’exiger que chacun reste à sa place et qu’ainsi, la religion ne soit qu’une affaire privée sans interférence sur la chose publique. En d’autres termes, pour conquérir ces droits nouveaux que je viens d’évoquer et préserver ceux déjà en place, il faut défendre et rétablir pleinement la laïcité. Force est de constater que la loi dite « Séparatisme » constitue une grave menace sur la liberté d’association. C’est l’Etat qui veut imposer un modèle, une véritable idéologie d’Etat. C’est le pouvoir qui entend dire quoi faire et comment faire aux associations. Il va falloir agir de concert comme ces menées liberticides. Votre combat est aussi laïque dans la plus haute acception du terme. En faisant respecter la volonté des défunts, vous oeuvrez pleinement au développement et au respect de la pleine et absolue liberté de conscience des individus. Mais comment faire respecter la liberté de conscience en matière de funérailles, s’il n’y a pas assez de crématoriums sur le territoire ? Un droit sans moyen de le mettre en œuvre n’est pas pleinement un droit. Il faut toujours un outil pour réaliser la volonté humaine. Votre combat est donc des plus utiles et nécessaires et nous sommes vos côtés pour cela. Je souhaite plein succès à votre congrès de Paris ; que les discussions que vous allez y mener et les décisions qui seront prises, soient utiles à la marche en avant de votre association, à sa cause et à nos combats communs.

Je vous remercie.

Christian Eyschen,

Secrétaire général de la Libre Pensée