Lettre ouverte de la Libre Pensée 66 aux élus : Pas d’argent public pour « l’école 42 »! Pas d’argent public pour le privé !
Pour nous suivre
fb-share-icon

Lettre ouverte de la Libre Pensée 66 aux élus :- de la ville de Perpignan, de la région, du département, de la communauté urbaine de PMM (Perpignan Méditerranée Métropole).

Mesdames, Messieurs,

A la mi -novembre 2021, il a été annoncé que la Mairie de Perpignan allait racheter 3 millions d’euros le bâtiment des « Dames de France », «…afin de faciliter l’arrivée de l’école 42 dans son centre- ville..» .La semaine suivante , élus de la communauté urbaine (PMM),vous avez fait voter majoritairement la création de l’association « Ecole 42 » .Comme le feront remarquer des élus ,pour la première fois PMM investira dans une « école »professionnelle ……en fait une « école patronale » ,sans diplômes et sans professeurs.

Nous vous posons à ce propos une question : suffira- t-il maintenant à une école privée quelle qu’elle soit de se constituer en association pour obtenir un versement de fonds publics ?

Cette association selon Laurent Gauze (vice- président de PMM) sera là pour investir grâce à des donations privées et publiques. « Toutes les collectivités seront appelées à participer à ce développement…..on pourra aussi profiter de fonds de Pôle emploi, peut-être à hauteur de 15%, puisqu’il s’agit d’une école de la deuxième chance…. » (Extrait article de l’Indépendant).

L’école de la seconde chance ?…..contre-vérité ! Exemple de « l’école 42 » de Nice :

« On a reçu énormément de candidatures depuis l’ouverture des inscriptions en juin. Entre 7.000 et 8.000 demandes. Après une première phase de tests de logique psycho- technique en ligne, 250 étudiants ont pu valider leur inscription pour la piscine. Dès le 18 janvier 2021, 150 étudiants ont intégré l’Ecole 42 Nice. Et à partir de septembre 2021, nous en recruterons 150 supplémentaires. A terme, l’École 42 Nice comptera 450 étudiants, pour une formation qui dure deux ou trois ans en moyenne. »Explique le directeur de l’école 42 à Nice. (tribuca.net, vendredi 29 janvier 2021).

Pour 8000 demandes ,150 étudiants qui finalement, après une hyper sélection, intègrent l’école 42 .Vous avez dit seconde chance ?

La définition de l’école de la seconde chance est la suivante sur le site officiel « Service public  » : «  L’école de la 2e chance accueille des jeunes de 16 à 25 ans sans emploi, ni qualification. Elle leur propose une formation rémunérée pour s’insérer dans la vie active. La durée de formation est variable. L’objectif de l’école de la 2e chance est que le jeune accède à un emploi ou qu’il intègre une formation professionnelle. »L’école de la seconde chance a donc normalement vocation à accueillir TOUS les jeunes sans qualification. Rien à voir avec l’école de Xavier Niel.

Quelle est la conception de la formation pour Xavier Niel: Extrait d’un article d’Europe1 du 30 janvier 2017  qui souligne que  l’école 42 ne dispense pas de diplôme. « Le diplôme n’a pas d’importance dans ce métier puisqu’à l’arrivée, les étudiants trouvent un job », a dit le créateur de Free. (Xavier Niel ndlr).

Bien sûr, pas de diplômes, pas de grilles salariales dans les conventions collectives, pas de préoccupation sur le devenir du salarié sans diplôme, le rêve pour tous ceux qui veulent remettre en cause tout ce que les salariés ont conquis pour une véritable reconnaissance des diplômes ,pour un vrai salaire.

Ainsi, des élus, seraient prêts à verser des milliers d’euros de fonds publics à l’école patronale du richissime Xavier Niel, mais il leur en coûterait de verser 700000 euros de fonds publics pour que le transport scolaire des enfants soit gratuit dans les 36 communes de PMM.

Ainsi, il y a 480 demandes pour 32 places (chiffres parcours sup) pour préparer un BTS informatique au Lycée Public Jean Lurçat de Perpignan, un vrai diplôme, avec lequel les élèves trouvent aussi un emploi qualifié, alors que la grande majorité des écoles d’informatique sont privées, que ce soit l’IDEM ou l’IMERIR (6500 euros par an).

L’IDEM créative arts school du Soler par exemple est une école entièrement privée. Le Centre de Formation des Apprentis Transfrontalier des Industries Créatives et Numériques (CFA) est un centre totalement privé !

Il n’y a au Soler dans la « Cité du numérique » pas la moindre trace d’une structure de formation publique pour le numérique. Quant à l’Ecole régionale du numérique, il suffit d’en prendre la définition qu’en donne la région elle-même : «  Cette « école » se structure non pas comme un établissement mais comme un réseau de formations innovantes du numérique. Ces formations sont proposées par des organismes de formation en partenariat avec la Région Occitanie qui finance les Ecoles régionales du numérique (ERN) ».L’organisme en question dans les Pyrénées Orientales c’est……..l’IDEM

Ainsi, récemment, on a pu lire que l’IDEM, école privée donc, proposait des formations individuelles de « pré-qualification » au numérique de 6 mois pour des jeunes avec ou sans diplôme…. « formation entièrement gratuite », d’une durée de 6 mois …. d’un coût de 4.000 euros (par élève) entièrement financées par la Région Occitanie.

Il n’y en aurait donc plus que pour les écoles de formations privées.

Une telle orientation politique a déjà été mise en œuvre pendant des années dans les hôpitaux publics..

On en connait le résultat aujourd’hui. L’enseignement public, le service public, ne doit pas être abandonné comme ont été abandonnés les hôpitaux publics, pour le seul profit immédiat des entreprises et de la rentabilité.

La Libre Pensée reste attachée au principe républicain du versement des fonds publics aux seules écoles publiques, pour un enseignement gratuit et qualifié, ouvert à tous, diplômés comme non diplômés.

Les écoles privées doivent restées financées par des fonds privés.

L’argent public doit donc servir à ouvrir les classes qui manquent, les écoles qui manquent, quel que soit le niveau d’enseignement, les classes préparatoires aux grandes écoles qui manquent, les établissements publics qui manquent.

Nous vous demandons donc, à vous, élus des collectivités locales, départementales, régionales, de ne pas verser de fonds publics à « l’école 42 »de Xavier Niel.

Veuillez recevoir, Mesdames Messieurs, l’assurance de notre attachement à l’école publique

La libre Pensée 66