Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fédération d'Indre et Loire de la Libre Pensée

Descendez de votre automobile militaire ! Loin, très loin du Front, les Oies du Capital s'égosillent pour défendre les intérêts de ceux qui font leur beurre dans les canons, et tenter de couvrir la voix des pacifistes.

23 Novembre 2022, 12:05pm

Publié par Fédération de la Libre Pensée d'Indre et Loire

Mesdames et Messieurs les bellicistes de tous les pays et de toutes obédiences : Descendez de votre automobile militaire !

Le 11 octobre 1916, Léon Trotsky, le rédacteur du projet de Manifeste de la Conférence internationaliste de Kienthal, ulcéré par la politique belliciste des « socialistes » vautrés dans l’Union sacrée et qui en appelait à la guerre à outrance et sans fin, s’adressait à Jules Guesde en ces termes : « Descendez, Jules Guesde, de votre automobile militaire, sortez de la cage où l'État capitaliste vous a enfermé, et regardez un peu autour de vous. Peut-être le destin aura une dernière fois pitié de votre triste vieillesse et pourrez-vous percevoir le bruit sourd des événements qui s'approchent. Nous les attendons, nous les appelons, nous les préparons. Le sort de la France serait trop affreux si le calvaire de ses masses ouvrières ne conduisait pas à une grande revanche, notre revanche, où il n'y aura pas place pour vous, Jules Guesde, ni pour les vôtres. »

Aujourd’hui, les héritiers de cette honteuse politique d’Union sacrée qui entraîna la mort de 1,5 million de soldats français et de 10 millions de victimes en Europe, remettent le couvert à propos de la guerre en Ukraine qui voit, pour l’instant, plus de 200 000 victimes.

Aujourd’hui, de la droite-extrême à une certain partie d’une « gauche », inféodée au Capital, à l’Union européenne, à l’OTAN et à la défense de « la civilisation judéo-chrétienne », mais surtout chrétienne, tout ce beau monde s’écrie dans une grande chorale organisée et soumise : « Des armes pour l’Ukraine ! »

Les Oies du Capital !

Le cœur des Vierges est soutenu par des intellectuels en goguette, en mal de cachets à la télévision, sur le retour et en chemise blanche, des ex « gauchistes » qui se vendent pour racheter leurs péchés de jeunesse et des journalistes (pas tous heureusement) aux ordres de leurs patrons capitalistes. Ce sont les Oies du Capital qui s’égosillent, caquettent et croassent de plus en plus fort pour défendre les intérêts de ceux qui font leur beurre dans les canons, et tenter de couvrir la voix des pacifistes.

Loin, très loin du Front, ils sont prêts à se battre jusqu’à la dernière goutte du sang des Ukrainiens et des Russes. Ils sont assoiffés du sang des autres. Ils éructent, menacent, tancent et font la leçon à tous ceux qui refusent l’engrenage de la guerre.

La guerre appelle la guerre, l’escalade appelle l’escalade, la mort des uns appelle la mort des autres et à la fin tous sont morts, blessés ou mutilés. Le déferlement des distributions d’armes ne peut que déboucher sur d’avantage de morts, de destruction, de victimes, de drames humains effroyables.

Les responsables ?

  • Vladimir Poutine, pour satisfaire les appétits financiers des oligarques russes et sa soif de conquêtes et de puissances
  • L’OTAN et les USA, qui ont organisé le viol des Accords de Minsk qui prévoyaient de faire de l’Ukraine une zone démilitarisée entre l’Union européenne et la Russie, ce qui a poussé Poutine, qui ne demandait que cela, à intervenir militairement en Ukraine.
  • Volodymyr Zelenski, qui en profite pour supprimer toute vie démocratique par une gouvernance de plus en plus militaire et qui met en œuvre une politique de destruction des acquis sociaux et des droits ouvriers, pour le plus grand profit des oligarques ukrainiens, du FMI et de la Banque mondiale.

Résultat : L’Ukraine qui devait être une zone démilitarisée pour tenter une possible paix, est aujourd’hui militarisée à outrance comme jamais et quand les armes sont là, on les utilise toujours.

Qui en profitent ?

Les profiteurs de guerre, les lobbys militaro-industriels dont les profits s’envolent ,et les totalitaires qui justifient leur autoritarisme croissant par les nécessités de mener la guerre ; et ce, des deux côtés.

Qui sont les victimes ?

Les populations ukrainienne et russe, les travailleurs qui sont exploités comme jamais des deux côtés des frontières, les syndicalistes qui se battent le dos au mur pour défendre les acquis ouvriers et conventionnels, les démocrates qui voient s’effondrer toute perspective de libertés démocratiques, les pacifistes et les soldats de deux cotés qui ne veulent pas mourir pour les oligarques et qui sont de plus en plus nombreux à déserter pour ne pas verser le sang de ceux qui n’y peuvent rien.

Contre cela l’Union Pacifiste de France et la Fédération Nationale de la Libre Pensée, fidèles à leurs idéaux et aux intérêts des peuples, apportent leur soutien indéfectible à tous les déserteurs et mutins de toutes les armées de tous les pays qui refusent de verser le sang des autres. Elles soutiennent leur droit d’être accueillis et protégés en tant que réfugiés.

Il faut arrêter cette tuerie et ses massacres :

Paix immédiate entre la Russie et l‘Ukraine !

Cette situation a déjà existé dans le passé et l’Histoire nous apprend la solution.

Voici ce que disait le Manifeste de Kienthal en 1916, qui a ouvert la voie à la fin de la guerre :

AUX PEUPLES QU’ON RUINE ET QU’ON TUE !
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Deux ans de guerre mondiale ! Deux ans de massacres ! Deux ans de réaction !

Qui donc est responsable ? Où sont donc - derrière ceux qui, au dernier moment ont allumé l’incendie - ceux-là qui l’ont voulu et préparé depuis un quart de siècle ?

Ils sont parmi les privilégiés !...     « Les institutions du régime capitaliste qui disposent du sort de peuples, les gouvernements (monarchiques ou républicains), la diplomatie secrète, les puissantes organisations patronales, les partis bourgeois, la presse capitaliste, l’Église. Sur elles repose toute la responsabilité de cette guerre, surgie d’un ordre social qui les nourrit. »…
Après avoir couché dans la tombe des millions d’hommes, désolé des millions de familles, fait des millions de veuves et d’orphelins, après avoir accumulé ruines sur ruines, et détruit irrémédiablement une partie de la civilisation, cette guerre criminelle s’est immobilisée. Malgré les hécatombes sur tous les fronts, pas de résultats décisifs. Pour faire vaciller seulement ces fronts, il faudrait que les gouvernements sacrifient des millions d’hommes.

Ni vainqueurs ni vaincus, ou plutôt tous vaincus, c’est-à-dire tous saignés, tous épuisés : tel sera le bilan de cette folie guerrière. Les classes dirigeantes peuvent ainsi constater la vanité de leurs rêves de domination impérialiste…

Que vos voix nombreuses crient avec les nôtres : A bas la guerre ! Vive la paix !

Travailleurs des villes et des champs !

… Le vrai but de cette boucherie mondiale est, pour les uns de s’assurer la possession du butin qu’ils ont rassemblé pendant des siècles et au cours d’autres guerres ; pour les autres d’aboutir à un nouveau partage du monde, afin d’augmenter leur lot en annexant des territoires, en écartelant des peuples, en les rabaissant au niveau des parias.

… La guerre n’a jamais tué la guerre. Au contraire, en excitant les sentiments et les intérêts de « revanche », la guerre prépare la guerre, la violence appelle la violence….

Il n’y a qu’un moyen d’empêcher les guerres futures : C’est la conquête du gouvernement et de la propriété capitaliste par les peuples eux-mêmes. ..

Prolétaires !

Regardez autour de vous. Quels sont ceux qui parlent de prolonger la guerre jusqu’au bout, jusqu’à la « victoire » ? Ce sont les auteurs responsables, les journaux alimentés aux fonds secrets, les fournisseurs aux armées et tous les profiteurs de guerre, les social-nationalistes, les perroquets de formules guerrières gouvernementales, les réactionnaires qui se réjouissent en secret de voir tomber sur les champs de bataille ceux qui menaçaient hier leurs privilèges usurpés, c’est-à-dire les socialistes, les ouvriers syndicalistes et ces paysans qui semaient le blé rouge à travers les campagnes…

Assez de ruines aussi ! Car c’est sur vous, peuples travailleurs, que tombent et tomberont ces ruines. Aujourd’hui, des centaines de milliards sont jetés au gouffre de la guerre et perdus ainsi pour le bien-être des peuples, pour les œuvres de civilisation, pour les réformes sociales, qui auraient amélioré votre sort, favorisé l’instruction et atténué la misère….

 Peuples qu’on ruine et qu’on tue, debout contre la guerre ! Courage ! N’oubliez pas que, malgré tout, vous êtes encore le nombre et que vous pourriez être la force. Que dans tous les pays, les gouvernements sentent grandir en vous la haine de la guerre et la volonté de revanches sociales, et l’heure de la paix sera avancée.

A bas la guerre !
Vive la paix ! - la paix immédiate et sans annexions.


Qui n’y voit pas que cela pourrait être écrit aujourd’hui à propos de l’Ukraine, mot pour mot, maux pour maux, cause pour cause, solution pour solution ?

Christian Eyschen